Dédicaces à venir

05 août : cultura Givors (69) 11-12 août : Fest'Imaginaire, d'Albertville (73) 19 août : Bourg-en-Bresse (01) 09 sept...

mardi 7 mars 2017

Histoire numéro 4

Angèle fermait le magasin quand deux mains vinrent se poser sur des yeux. Sans même un sursaut elle dit:
"Bonjour Olivier !"
Il la lâcha, elle le regarda et lui sourit.
"Tu prends des risques. Surprendre ainsi une fille qui pourrait t'envoyer dans les airs en deux secondes..."
"Je savais que tu me reconnaîtrais."
Car même si elle était la fille la plus puissante de l'univers et qu'il était dangereux de la surprendre, elle avait des cinq sens suffisamment développés pour reconnaître l'odeur du jeune homme de loin.
"Je t'ai senti quand tu es sorti de ta voiture."
"Impressionnant."
"Merci."
Elle souriait, ravie. C'était une excellente chose elle était de bonne humeur. Avec elle, il était difficile de prévoir.
"Que me vaut l'honneur ?"
"Je suis venu te chercher. Ça te tente qu'on aille au restaurant ?"
Il avait quelque chose à lui annoncer, elle en était certaine. Elle le connaissait par coeur. Tout dans le comportement du jeune homme indiquait qu'il voulait la mettre dans de bonnes dispositions avant de passer aux avoeux.
"Pourquoi pas" répondit elle, sceptique.
Elle savait qu'il valait mieux jouer le jeu si elle voulait savoir.
Dans la voiture, Olivier décida de se lancer.
"Tu sais que je passe en deuxième année de médecine ?"
"C'est vrai ? C'est génial! "
Il ne répondit pas et regarda droit devant lui.
"Non?  C'est pas génial ?"
"Si. Mais je vais recommencer ma première année."
"Quoi? Pourquoi ?"
"Je veux laisser la place à quelqu'un de plus méritant."
Angèle soupira. Elle était sûre qu'il réagirait ainsi.
"Ce n'est pas comme si tu avait eu de mauvaises notes. Tu as très bien fait! Les autres n'ont pas réussi à faire mieux. Quelle importance qu'ils aient été sous une influence démoniaque à cet instant? Toi non. Tu as une opportunité en or tu dois la saisir!"
Olivier n'aimait pas quand Angèle raisonnait ainsi. Elle était censée être une héroïne et sauver ou détruire le monde. Ce genre de comportement ne présageait rien de bon.
Et pourtant, c'était bien l'acceptation de son mauvais côté qui lui permettait de rester vers le Bien.
Il suivrait ses conseils mais ne lui dirait pas qu'il comptait travailler d'autant plus pour se sentir fier de lui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire